L’effet dévastateur du coronavirus secoue le tourisme en Amérique latine et dans les Caraïbes

La crise sanitaire mondiale a entraîné la perte de millions d’emplois et a mis des centaines d’entreprises sur les cordes dans une région fortement dépendante du secteur du tourisme. Qu’en est-il pour le cas de l’Amérique latine et quelles sont les mesures prises pour endiguer cette crise ? Découvrez la réponse dans cet article.

Le coup dur de l’annulation de vol

Le tourisme international est essentiel pour certains pays d’Amérique centrale, comme le Costa Rica. « Nous accueillons un certain nombre de 3 100 000 touristes, dont 75 % des États-Unis », a déclaré à DW Fernando Madrigal, président de la Chambre costaricienne de l’écotourisme et du tourisme durable (CANAECO). « Quelque 650 000 personnes dépendent du tourisme, qui représente 8 % du PIB du pays », at-il expliqué. Cependant, la fermeture des aéroports a causé « des pertes d’environ 2,5 milliards de dollars pour cette saison », a expliqué Gloria Guevara au congrès WTTC qui a eu lieu l’année dernière à Séville (Espagne). Cette année, il devait être organisé à Quintana Roo (Mexique), mais, comme beaucoup d’autres événements internationaux, il a été reporté. « En une seule journée, j’ai perdu 23 000 dollars de réserves », a déclaré Pippa Kelly, directrice de Casitas Tenorio, à DW, qui estime les pertes économiques de son entreprise entre 80 000 et 150 000 dollars.

Vers le rétablissement

Le Conseil mondial du voyage et du tourisme a mené une série d’analyses et a déterminé que « le temps moyen de récupération du nombre de visiteurs vers une destination était de 19,4 mois », a déclaré Guevara. Cependant, « avec la réponse et la bonne gestion de la pandémie, tout pourrait se rétablir en seulement 10 mois », a-t-il ajouté. Pour réactiver l’activité du secteur, l’organisation a lancé un badge qui identifie les destinations sûres pour voyager. L’initiative compte plus d’une centaine de destinations, parmi lesquelles, outre le Costa Rica, << de nombreuses régions du Mexique, quelques endroits au Brésil, en Colombie, certaines municipalités en Équateur, au Panama, au Pérou et au Paraguay. Nous travaillons avec des pays comme l’Argentine, le Guatemala et le Honduras pour l’avoir », a-t-il expliqué à DW Rodríguez.